snFOlc - Syndicat National FORCE OUVRIERE des Lycées et Collèges
http://www.fo-snfolc.fr/CTM-du-10-juillet-2018-Projet-ministeriel-de-modification-du-statut-des-chaires
CTM du 10 juillet 2018 : Projet ministériel de modification du statut des chaires supérieures
jeudi, 12 juillet 2018

CTM du 10 juillet 2018
- Projet du ministère sur les chaires supérieures :
- Amendement de la FNEC FP-FO sur les projets de textes relatifs à la carrière des professeurs de chaires supérieures

Le CTM du 10 juillet 2018 a examiné des projets de décrets et d’arrêté créant un échelon spécial des professeurs de chaires supérieures, contingenté à 5,02% des effectifs du corps en 2018, 7,53% en 2019, 8,15% en 2020, 8,77% en 2021, 9,39% en 2022 et 10% à partir de 2023, ouvrant droit à la hors échelle B.

Force ouvrière considère la mesure comme un progrès puisque les professeurs de chaires supérieures ne seront plus obligés de « rétrograder » dans le corps des professeurs agrégés pour obtenir une rémunération à la HEB, comme le prévoyait le précédent dispositif contre lequel FO s’était clairement prononcée.

CTM du 22 mars 2017
Projet ministériel de modification du statut des chaires supérieures
Contre : FO, CGT, FGAF Pour : FSU, UNSA, CFDT

Cependant ce pas en avant ne doit pas faire illusion. Le nombre total de professeurs de chaires supérieures rémunérés à la hors échelle B ne dépassera pas 225 lorsqu’il aura atteint son maximum à partir de 2023. Pour un corps de 2250 fonctionnaires dont plus de la moitié est éligible à l’échelon spécial, c’est bien peu. L’écrasante majorité d’entre eux partira à la retraite sans avoir obtenu la promotion. Or, comment justifier objectivement ces exclusions ? Tous les promouvables ont des parcours universitaires et professionnels marqués par l’excellence.

La logique de l’échelon spécial est de mettre en concurrence les personnels pour casser les solidarités. Ainsi les pouvoirs publics, après avoir essayé de dresser les professeurs du second degré contre ceux de CPGE, les professeurs agrégés contre les professeurs de chaires supérieures, les professeurs des disciplines scientifiques contre les professeurs des disciplines littéraires s’efforcent maintenant d’opposer les professeurs de chaires supérieures les uns contre les autres, au nom d’une pseudo individualisation des carrières qui cache mal la volonté de renforcer l’arbitraire, au nom du vieux principe : diviser pour mieux régner.

Les professeurs de CPGE déplorent qu’il leur sera plus facile d’accéder à la HEB en restant agrégés qu’en devant professeurs de chaires supérieures. D’autant que l’avancement d’échelon dans le second corps y est plus lente que dans le premier.

Pour éviter ces écueils, FO a déposé un amendement voté à l’unanimité demandant que l’accès à la hors échelle B ne soit plus contingenté et que la durée d’échelon des professeurs de chaires supérieures ne soit pas plus longue que celle des professeurs agrégés

CTM du 10 juillet 2018
Amendement de Force Ouvrière portant à 3 ans la durée de séjour dans le 5ème échelon et transformant l’échelon spécial en 7ème échelon, non contingenté, auquel les professeurs de chaires supérieures accéderaient après un séjour de 3 ans dans le sixième échelon,
Pour : FO, FSU, UNSA, CFDT, CGT, UNSA , FGAF

Rappelons que lors du CTM du 22 mars 2017, l’UNSA, la CFDT s’étaient alors abstenues sur un amendement de FO demandant la réduction à 3 ans de la durée de séjour dans le 5ème échelon et la FSU avait refusé de participer au vote car elle demandait alors pour sa part une durée de 4 ans.

Au final, constatant que le projet ministériel ne répondait que très imparfaitement aux revendications des professeurs de chaires supérieures, Force Ouvrière n’a pas voté les textes proposés par le ministère.

CTM du 10 juillet 2018
Projet ministériel créant un échelon spécial des chaires supérieures
Abstention : FO, Pour : FSU, UNSA, CFDT, CGT, FGAF

Force Ouvrière continue de défendre les professeurs de chaires supérieures et demande que la qualité de leur travail au sein des Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles soit pleinement reconnue par l’institution. Cette reconnaissance passe par une vraie revalorisation des carrières et des rémunérations. On est encore loin du compte.

Amendement de la FNEC FP-FO Sur les projets de textes relatifs à la carrière des professeurs de chaires supérieures